Monthly Archives: December 2011

TESLA Trans-disciplinary Project in The National School of Chemistry, Physics and Biology

TESLA Trans-disciplinary Project in The National School of Chemistry, Physics and Biology (Paris, France)

 

 

 

 

 

 

Thanks be given to to Professor Pascal Vasseur who implemented the project, to director Jean-claude Lafay, who authorized and helped the project and Professors Martine Gueye-Bussy and Valéry Travet, during two termes 2010-2011, students had the opportunity to learn about Tesla in diverse disciplines including physics, chemistry, literature and English language. Details about the project are available in French language (PROJET INTERDISCIPLINAIRE TESLA).

 

 

 

Why Transdisciplinarity ?

 

 

 

Despite numerous attempts to stem social and scientific disparities, they continue to grow being increasingly recognized as national and international’s education priority.

 

The origins of these disparities are multidimensional, and as such a comprehensive approach to understanding and ultimately mitigating them must involve interactions across traditional academic boundaries; however, the formal curricula in most graduate programs provide little opportunity for or instruction in trans-disciplinary thinking or interaction.

 

A charter on Transdisciplinarity was adopted at a World Congress in 1994 :

 

“Transdisciplinarity a posteriori complements disciplinary approaches as the transdisciplinary approach goes beyond the exact sciences and proposes dialogue with the humanities and the social sciences. The recognition of the existence of different levels of perception governed by different types of logic is inherent in the transdisciplinary attitude.”

 

PROJET INTERDISCIPLINAIRE TESLA

PREAMBULE

Au cours de l’année scolaire 2010-2011, un projet interdisciplinaire a été mené au lycée Pierre-Gilles de Gennes (Ecole Nationale de Chimie, Physique et Biologie). La mise en place de la réforme du lycée, et notamment le dispositif d’accompagnement personnalisé, a favorisé la réalisation du projet. Deux professeurs impliqués dans le projet, le professeur de physique-chimie et le professeur de lettres, étaient déjà associés dans le cadre de cet accompagnement.

ORIGINE

L’idée du projet est née à la faveur de la publication, à l’automne 2010, du roman de Jean Echenoz, Des éclairs. Même si le héros de cette vie imaginaire s’appelle Gregor, chacun y aura reconnu la figure de Nikola Tesla.

OBJECTIF

L’objectif était de permettre aux élèves d’approfondir leur culture scientifique tout en l’articulant avec la démarche littéraire. Dans un lycée à dominante scientifique, il me semblait opportun de ne pas opposer les deux cultures, mais au contraire de les lier.

COMPOSANTES DU PROJET

Le projet a été proposé à toute l’équipe pédagogique, mais tous ne pouvaient s’y inscrire. D’autant plus que j’ai proposé le projet assez tard dans l’année : au début du printemps. Certains, comme Hugues Templier, professeur de Sciences de l’ingénieur, ont manifesté leur intérêt, sans pouvoir s’y impliquer directement.

Le projet s’est donc articulé autour de trois disciplines et trois professeurs :

- Martine Gueye-Bussy pour la physique-chimie ;

- Valéry Travet pour l’anglais ;

- Pascal Vasseur, pour les lettres.

Trois actions ont été réalisées :

- visite-exposé au palais de la Découvert autour de l’électromagnétisme ;

- deux conférences autour de Tesla : Aleksandar Protić en cours d’anglais et Boris Petrović en cours de français ;

- lecture du roman par des élèves volontai res et synthèse en accompagnement personnalisé.

BILAN

Je laisserai à mes collègues le soin d’établir un bilan dans leurs disciplines respectives, mais voici en deux mots ce que je retiens pour le français.

A] pour les élèves

1) Succès certain du roman. J’avais acquis cinq exemplaires du roman qui ont circulé en classe : les élèves étaient tous demandeurs et ont parfaitement joué le jeu (lire le roman en une semaine). Il faut souligner qu’il s’agissait d’une classe assez faible et fort peu littéraire, mais précisément le fait de leur offrir une image de la littérature non plus seulement comme véhiculant les thèmes traditionnels, mais capable de s’ouvrir aux mondes technique et scientifique les a séduits. Leur engouement s’explique sans doute aussi par la proximité du roman : roman contemporain s’il en est, puisque paru en 2010.

2) Renouveau de l’image du héros : le génie scientifique peut s’incarner dans un héros de roman.

3) L’accompagnement personnalisé proposé en 2010-11 pour la première fois a, semble-t-il, bénéficié de ce projet : les élèves lui ont trouvé un sens, alors que les tentatives du début de l’année leur semblaient moins concluantes.

B] pour les professeurs Intérêt de l’interdisciplinarité : l’équipe pédagogique, très unie face une classe difficile, s’est trouvée renforcée par la réalisation de ce projet.

PERSPECTIVES

Il pourrait être profitable de faire connaître le projet dans d’autres lycées pour, le cas échéant, être repris par les équipes pédagogiques. Il me semblerait opportun de prendre contact avec la Délégation Académique aux Arts et à la Culture (DAAC) de l’académie de Paris.

Une autre piste serait d’accroître la coopération avec l’UNESCO, notamment avec ses spécialistes de programme du Secteur des sciences exactes et naturelles, Division des sciences fondamentales et de l’ingénierie.

Une troisième piste enfin serait d’associer le club UNESCO de Fontenay-aux-Roses, animé par Suzanne Faye, professeur de physique en classes préparatoires. Celle-ci mène un travail de vulgarisation de la culture scientifique dans les établissements scolaires.

Prof Pascal Vasseur